Les Universités d’été en Afrique de l’Ouest passent la sixième

30.07.2015, par codap

DSC00516

Le Codap et le CIFDHA – Centre d’information et de formation en matière de droits humains en Afrique – , c’est l’histoire d’une collaboration qui dure depuis 2010 au service des jeunes défenseurs ouest-africains. C’est également un projet phare, les Universités d’été des droits humains, qui fêtait cette année sa sixième édition.

Du 20 au 26 juillet, la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, a accueilli 36 jeunes défenseurs et défenseuses des droits humains, provenant de neuf pays de la sous-région. Une diversité synonyme de partage d’expériences entre jeunes, tous actifs dans des organisations de promotion et de protection des droits de l’Homme.

La thématique retenue cette année par le CIFDHA a interpellé chacun des participants. Il s’est agi en effet de discuter de la gouvernance et de la réforme du secteur de la sécurité pour chacun des pays et au niveau régional. Si le grand banditisme et le terrorisme touchent toute la région – en témoignent les cas récents au Nord-Mali ainsi que les attaques du groupe Boko Haram – , les conséquences sont d’abord ressenties par les populations locales. Grâce à l’appui de deux experts actifs de longue date dans ce domaine clé – le Professeur Kossi Mawuli Agokla ainsi que le Colonel Jean Pierre Bayala – les jeunes défenseurs ont pu approfondir leurs connaissances des principes de bonne gouvernance et découvrir des stratégies d’action permettant aux organisations de la société civile de peser sur le gouvernement au sujet de l’insécurité dans laquelle vivent certaines populations.

Réunis dans des groupes-pays, les activistes ont ainsi imaginé plusieurs projets ayant trait au domaine de la sécurité humaine: réduction du grand banditisme dans certains quartiers de Dakar par un travail de plaidoyer auprès des autorités, diminution du phénomène de racket des motocyclistes au Mali par une campagne de sensibilisation sur leurs droits et devoirs, réinsertion sociale des “enfants microbes” d’Abidjan ou encore mise sur pied d’une clinique juridique pour le respect des droits des personnes en garde à vue au Bénin, pour n’en citer que quelques uns.

Une sixième édition riche, des débats nourris et un réseau de jeunes activistes qui continue d’échanger et de réviser les notions apprises depuis la fin de la formation; l’esprit militant et engagé voulu par nos deux organisations souffle encore et toujours sur les Universités d’été.